15 rue des jetées 61300 L'Aigle

  • LE REGARD BIENVEILLANT
    Association chrétienne évangélique

Immolation d'un étudiant à Lyon : les chiffres de la précarité étudiante

24/12/2019

Immolation d'un étudiant à Lyon : les chiffres de la précarité étudiante

De nombreuses associations étudiantes dénoncent les difficultés financières, vécues par les étudiants au cours de leur scolarité. Le point en quelques chiffres.

"Ce geste ne fait que révéler la précarité très importante des étudiants": quatre jours après l'immolation d'un jeune homme à Lyon, les associations étudiantes ont de nouveau alerté sur l'urgence d'une refonte de l'aide sociale étudiante, et la précarité de ces derniers.

Entre pauvreté et risque d'exclusion, "on est nombreux à se sentir en situation de précarité avec des aides qui ne sont pas accessibles à tous ceux qui en ont besoin", déplore ainsi à l'AFP Bérangère Poncet, présidente de l'association des étudiants de Paris.

Retour en chiffres sur ce que signifie réellement la précarité étudiante.

 

20% des étudiants sous le seuil de pauvreté

"Près de quatre étudiants sur dix perçoivent une aide, c'est beaucoup", souligne Monique Ronzeau, présidente de l'Observatoire national de la vie étudiante (OVE). Selon cet organisme, un étudiant sur deux dit avoir dû se restreindre au moins une fois depuis le début de l'année en raison de difficultés financières.

Selon Orlane François, présidente de la Fédération des associations générales étudiante (Fage), interrogée par Franceinfo, "20% des étudiants, dit-elle, vivent sous le seuil de pauvreté en France en 2019." Selon une enquête de l'Insee de 2016 le taux de personnes sous le seuil de pauvreté dans la catégorie "élèves et étudiants" était à cette date de 20,8%.

 

Des frais de vie courante en hausse de 2,73% en 2019

Dans une enquête de 2016 l'OVE constate que seuls 45% des étudiants déclarent avoir assez d'argent pour couvrir leurs besoins mensuels. L'Union nationale des étudiants de France (UNEF) estime, elle, à 837 euros le reste à charge mensuel des étudiants. C'est la somme qu'une personne doit payer après avoir perçu l'ensemble des aides possibles. Le loyer quant à lui représente près de 70% du budget mensuel des étudiants. La Fage évalue par ailleurs la hausse des frais de vie courante pour les étudiants à 2,73% en moyenne en 2019 par rapport à 2018.

Les étudiants peuvent bien percevoir des bourses, mais leur montant n'est pas suffisant, estiment les associations. "Les bourses varient entre 100 et 570 euros par mois ; ça ne suffit pas. Ces bourses s'adressent à des publics très précaires qui doivent tout payer (loyer, nourriture, transports)", ajoute Orlane François, présidente de la Fage, premier syndicat étudiant.

 

Plus de 8% ont déjà pensé au suicide

Ces difficultés financières poussent les étudiants dans un autre aspect de la précarité : la détresse psychologique. 37% des personnes interrogées par l'OVE en 2016 avouent s'être senties "tristes, déprimées ou sans espoir" durant au moins deux semaines consécutives. Plus de 8% des étudiants ont d'ailleurs pensé au suicide au cours de l'année, selon la même étude. Soit près de trois fois plus que dans le reste de la population jeune (15-30 ans).

Dans le même temps, 13,5% des personnes sondées par l'OVE disent en 2016 avoir renoncé à des soins ou des examens médicaux "pour des raisons financières" au cours de l'année. Un étudiant sur dix n'est ainsi pas satisfait de son état de santé.

 

Près d'un sur deux travaille

L'OVE note également qu'en 2016 près d'un étudiant sur deux (46% des étudiants) avait une activité rémunérée en plus de ses études. Ce phénomène est notamment dû à la hausse du coût de la vie estudiantine qui accentue la dépendance familiale.

Cette activité était dans 13% des cas "concurrente des études", c'est-à-dire non liée aux études et exercée au moins à mi-temps et plus de six mois par an. 88% des étudiants qui travaillent estiment que cette activité est indispensable pour vivre. 17,7% déclarent par ailleurs que cette activité a un impact négatif sur leurs résultats d'études. 33,5% estiment qu'elle est une source de stress et de tension nerveuse.

 

Par LEXPRESS.fr,

 

 

Violences conjugales. Le gouvernement présente les conclusions très attendues de son « Grenelle » Précarité : les étudiants français sont-ils plus mal lotis que leurs voisins européens ?

15 rue des jetées 61300 l'Aigle

Nous suivre

https://.www.le-regard-bienveillant.fr

comptabilite@le-regard-bienveillant.fr

contact@le-regard-bienveillant.fr